De Ceuster INFRA, quand il faut que ce soit “juste”

De Ceuster est connu pour son savoir-faire en matière d’horticulture (Horti) et d’aménagement et d’entretien de terrains de sport (Sport). Ce qui est moins connu en revanche, c’est que nos professionnels se sont également forgés une belle réputation dans les travaux d’infrastructure (Infra). Il est donc grand temps de découvrir cette banche d’activités de plus près. Nous donnons la parole à notre professionnel Jan De Roye, responsable du secteur INFRA.

Jan, pourquoi la branche Infra est-elle moins connue au sein de De Ceuster ?

Jan Eh ben, ce que nous faisons peut sembler moins impressionnant, parce que cela se passe à la base. Le résultat de notre travail n’est pas longtemps visible, parce que le nivellement est immédiatement suivi d’autres travaux. Une fois la construction d’un terrain de football ou d’une serre terminée, le résultat concret est bien visible. Pour nous, ce résultat se trouve sous le sol. Mais la plus-value de ce que nous faisons ne peut être sous-estimée. 

Comment ça ?

Jan Avec nos travaux de nivellement, nous posons les bases des projets. C’est sur ces bases que se construit tout le reste. Nous sommes donc un maillon essentiel dans la construction de routes, l’aménagement de parkings, allées, halls industriels, mais aussi de grands jardins privés, terrains de sport, serres, etc. Au sein de De Ceuster, nous flottons pour ainsi dire entre les 2 autres secteurs (Horti et Sport). En principe, nous faisons tout ce qui implique un nivellement qui doit être réalisé au centimètre  ou voire même au millimètre près. 

Quand il faut que ce soit “juste”

Pourquoi cette précision est-elle si importante ? 

Jan Il faut que ce soit “juste”. Il s’agit de rechercher la perfection. La bonne réussite d’un projet dépend de la façon dont nous faisons notre travail. C’est une sacrée responsabilité. Plus nous réalisons nos travaux de nivellement avec précision, plus le client final en tire profit. Un nivellement précis permet d’éviter des problèmes ultérieurs, par exemple, avec le drainage, mais peut aussi apporter un avantage financier. Il suffit de faire le calcul. Un écart d’un centimètre en plus ou en moins peut sembler peu, mais sur de grandes surfaces, ce centimètre peut permettre d’économiser des centaines de mètres de cubes de béton. 

Le nivellement, une technologie de pointe

Comment vous-y prenez ?

Jan En investissant sans cesse dans de nouvelles machines et dans la formation du personnel. Un travail de plus en plus précis implique l’utilisation des dernières technologies : 3D, technologie laser, GPS, etc. De nos jours, le nivellement est high-tech et fortement automatisé, mais il exige toujours une expérience et des connaissances de la part de l’opérateur. Nous avons plus de 50 ans d’expérience, nous possédons un grand nombre de machines et nous les connaissons parfaitement. Nous avons des kilvers et des bulldozers de différentes tailles et de différents poids . Et, bien sûr, nous avons aussi des opérateurs qui connaissent leur métier. Je pense que c’est là que réside notre plus grande force. 

Maniaque de la précision

Qu’est-ce qui fait un bon conducteur ?

Jan Oh, c’est surtout une question de compétences, mais aussi d’attitude. Il faut être un peu perfectionniste. Nos collaborateurs l’ont dans le sang. Une fois sur leur machine, ce sont de vrais “maniaques de la précision”. Ils font vraiment corps avec leur machine lorsqu’ils travaillent. Et il faut bien. On doit également être prêt à apprendre en permanence. La technologie évolue constamment. 

Quelle est la partie la plus difficile du travail ? 

Jan Ben, chaque terrain a besoin d’un drainage. C’est de cela qu’il s’agit. L’ensemble du terrain doit avoir une pente correcte pour empêcher que l’eau ne stagne. Cela signifie que chaque terrain doit être légèrement convexe. Pour un terrain de football moyen, par exemple, la différence d’un côté par rapport à l’autre est d’environ 30 cm. Tout l’art consiste à l’aménager à la perfection. 

Savoir-faire

Le secteur Infra connaît la croissance la plus rapide au sein de De Ceuster. Comment l’expliquer?

Jan En partie à cause du marché, mais nous remarquons aussi que les clients continuent d’apprécier notre savoir-faire. C’est bien de cela qu’il s’agit : le savoir-faire. Je pense que nos clients savent qu’avec nous, ils ne doivent pas s’inquiéter du résultat final. Nous sommes également très flexibles. Parfois cela signifie aussi que nous devons travailler pendant la nuit ou travailler avec des deadlines. Nos clients ont vraiment beaucoup de confiance dans ce que nous faisons et dans la façon dont nous le faisons. Et quand le client voit alors la perfection du travail réalisé, j’en suis assez fier, oui….

Pourquoi aimez-vous tant ce travail ? 

Jan Je l’ai fait moi-même pendant plus de 20 ans. C’est dans mon sang. J’ai toujours eu un grand intérêt pour les véhicules et les machines. Au début de ma carrière, j’ai encore travaillé dans le secteur des transports. Dès que je me glisse derrière un volant, je me sens revivre et je me sens comme un poisson dans l’eau. C’est comme ça. Encore maintenant. J’aime aussi conduire la voiture, ça me détend. C’est fou, non ? Et (hésitation)…. Je suis un perfectionniste, moi aussi (rires). 

Mais je suis aussi très attiré par l’aspect familial de l’entreprise. Els, notre CEO, continue dans le même esprit et avec le même valeurs qu’Herman. Tel père, telle fille, je pense. C’est beau.

Aujourd’hui, vous ne conduisez plus de machines, n’est-ce pas ?

Jan C’est vrai, je ne suis plus au volant d’une machine, mais je gère notre équipe. C’est tout une responsabilité, mais c’est ma passion. J’aime aussi être ici. Je pense que je suis attaché à l’entreprise… Je veux faire mon travail du mieux que je peux, vous voyez. Je mets la barre très haut. Nos opérateurs le savent. Et… ils ne peuvent pas me tromper. 

Que réserve l’avenir au secteur Infra ?

Jan Développer davantage notre secteur Infra, suivre les développements technologiques et continuer à remuer ciel et terre pour nos clients. Ce sont les bons ingrédients pour réussir je pense. 

Et sur le plan personnel ?

Jan Pfff, je peux officiellement prendre ma retraite d’ici deux ans, mais je ne pense pas que cela se produise. J’aime trop ce que je fais. (Décidément) Tant que je pourrai, je continuerai à travailler ici !


Lire en plus...

Copyright © 2022 De Ceuster nv - All rights reserved